· Le retrait plastique : Plusieurs méthodes peuvent

·  Entretien et solutions. La dessiccationprécoce : la solution à prévenir est de mettre en œuvre une « cure du béton ». Alors c’est pour protéger le béton depuis sa mise enplace jusqu’au développement d’une résistance suffisante, dans le but d’en améliorer  la qualité par exemple : (maintenir lescoffrages en place, couvrir avec des bâches thermiques, arroser la surface dubéton,….)Le retraitplastique : Plusieurs méthodes peuvent être appliques comme prévention  comme le cure du béton pour limiter l’évaporation,les coffrages doivent être saturés pour éviter l’évaporation, ajout de fibres polypropylène.

La Ségrégation : Utiliser un vibrateur durant lecoulage du béton d’une façon correcte (sans exagération), vérification durapport E/C, utiliser un adjuvant réducteur d’eau qui aide à améliorer la maniabilité sans changer lerapport  E/C L’efflorescence : Plusieurs mesurespréventives se présentent pour éviter l’efflorescence comme (diminuer la quantitéd’eau de gâchage, éviter la pluie et le soleil pour un béton a jeune âge,utilisation d’enduits ou de peintures de protection) Les attaques sulfatiques :Éviter l’eau de mer réduit le risqued’attaque de sulfate. Abaisser le rapport eau / ciment réduit la perméabilitédu béton et réduit ainsi le risque d’attaque par le sulfate. En outre,l’utilisation d’adjuvants comme les cendres volantes, les fumées desilice (micro silice) pour remplacer le ciment Portland (afin de réduire laquantité de composants réactifs (calcium) nécessaires pour la réaction ausulfate) peut améliorer la résistance du béton aux attaques sulfatées.  Réactionalcali-silice Les mesures decontrôle des réactions alcalino-granulométriques comprennent, en plus du choixapproprié de l’agrégat sans silicate réactif (basé sur l’analysepétrographique) l’usage d’adjuvants pouzzolaniques estcommunément admis qu’il contrôlera les dilatations associées à la réactionalcali-agrégat. Une raison à cela est qu’elle réagit avec l’hydroxyde decalcium et abaisse ainsi le pH de la solution poreuse.La corrosion desarmatures : 1.

Réduction de la perméabilité dubéton: L’utilisation d’un béton imperméable de haute qualité avec un faiblerapport eau-ciment et une couverture de béton adéquate peut réduireconsidérablement le taux de pénétration des chlorures. En raison de sa faibleporosité, le béton ayant un rapport eau / ciment de 0,4 résiste beaucoup mieuxà la pénétration des sels de déverglaçage que les bétons ayant des rapports e /c de 0,5 ou 0,6. De plus, le béton à faible rapport e / c présente unerésistance élevée et présente donc une meilleure résistance à la fissuration ouà l’éclatement. De plus, le temps d’éclatement après le début de la corrosiondépend du rapport entre l’enrobage du béton et le diamètre de la barre, del’espacement des armatures et de la résistance du béton. En outre, plus lebéton est durci, moins la perméabilité du béton est grande et, par conséquent,mieux il résistera à la pénétration des chlorures ou du CO2.